A single box for all my notes?

Tinderbox is a note-taking tool whose flexibility and versatility allow all adjustments, as evidenced by these three illustrations: on the first, a set of notes spread freely on the surface of my screen; on the second, an attribute browser that allows me to reread my notes by tags without having to change my tool, as if I had a card box in which I would have gathered and centralized all my notes by classifying them by means of tabs; on the third, the window of a note, with its own attributes, its color and its font. If there are many applications on Mac that are dedicated to writing, I do not know any other digital tool that can as finely transpose on a computer screen an experience as complex as that which consists in writing from as many sources such as notes, photos, press clippings, web links. One might compare Tinderbox with a table or a desk on which I would freely display a set of working documents: notes taken on cards, drawings, photocopied pages, and so on. At a time when, I am struggling to finish the writing of a thesis, I constantly have to correct a text whose elaboration seems a never-ending process, I am thus surprised to dream of a new work table, new notes, new projects, new research leads. Tinderbox is really a dream tool.


Une seule boîte pour toutes mes notes ?

Lundi 28 mai 2018

Tinderbox est un outil de prise de notes dont la souplesse et la polyvalence autorisent tous les ajustements, comme en témoignent ces trois images d’illustration : sur la première, un ensemble de notes étalées librement sur la surface de mon écran; sur la seconde, un navigateur d’attributs qui me permet de relire mes notes par étiquettes sans avoir à changer d’outil, comme si je disposais d’une boîte à fiches cartonnées dans laquelle j’aurais rassemblé et centralisé l’ensemble de mes notes en les classant au moyen d’onglets; sur la troisième, la fenêtre d’une note, avec ses propres attributs, sa couleur et sa police de caractère. S’il existe, sur Mac, de nombreuses applications tournées vers l’écriture, je ne connais aucun autre outil numérique capable de transposer aussi finement sur un ordinateur une expérience aussi complexe que celle qui consiste à écrire à partir de sources aussi multiples que des notes, des photos, des coupures de presse, des liens web. Si j’osais une comparaison, je dirais volontiers qu’il en est de Tinderbox comme d’une table ou d’un bureau sur lesquels j’étalerais librement un ensemble de documents de travail : des notes prises sur des fiches cartonnées, des dessins, des pages photocopiées, etc. À l’heure où, achevant péniblement la rédaction d’une thèse, il me faut corriger incessamment un texte dont l’élaboration paraît interminable, je me surprends ainsi à rêver d’une nouvelle table de travail, de nouvelles notes, de nouveaux projets, de nouvelles pistes de recherche. Tinderbox est vraiment un outil de rêve.

New angles of view?

I have been using for several years two writing tools that I use everyday: Tinderbox and Scrivener. The first one is a very versatile note-taking tool. I primarily use it to capture, incubate and cultivate ideas that need to be visualised in different ways, what Tinderbox can do precisely because it has several angles from which it is easy to see one’s notes. I also use it to take reading notes and browse these notes from a tags browser, which is particularly effective when it comes to find a specific note among thousands.

The second is a tool that I use to write texts that have been developed in their essential lines with Tinderbox. It is this tool that I use in particular to complete a thesis that will absorb me much of the coming new year.


Nouveaux angles de vue ?

Jeudi 28 décembre 2016

J’utilise depuis plusieurs années deux outils d’écriture dont je me sers au quotidien : Tinderbox et Scrivener. Le premier est un outil de prise de notes d’une grande polyvalence que j’utilise essentiellement pour capturer, incuber et développer des idées qui requièrent de pouvoir être visualisées sous différents aspects, ce que permet précisément Tinderbox puisqu’il dispose de plusieurs angles de vues. Je m’en sers également pour prendre des notes de lectures et parcourir ces notes à partir d’un navigateur de tags particulièrement efficace quand il s’agit de retrouver une note spécifique parmi des milliers. Le second est un outil que j’utilise pour rédiger des textes qui ont été développés dans leur lignes essentielles avec Tinderbox. C’est cet outil dont je me sers en particulier afin de terminer une thèse qui va m’absorber une grande partie de la nouvelle année qui vient.

Designing a video with Tinderbox

Tinderbox is a note-taking tool that I use every day to drop off, collect, organize and elaborate notes of all kinds, whether in respect of readings, research notes or notes for courses. Along with DEVONthink Pro and Scrivener, it is the computer tool I use most often, a digital equivalent of my paper notebook.

Unlike many other computer tools that only offer a linear note-taking, Tinderbox was designed to allow the user to work in a visual environment well-known to those who are familiar with Joseph Novak's concept-mapping or mind-mapping dear to Tony Buzan. Using the Map View mode, you can indeed map your notes.

Thereby, Tinderbox allows me, whenever I need to visualize certain ideas for projects, to work from a particularly fruitful initial brainstorming. That's what I do especially when I design a video.

Over the last few weeks, for example, between two laborious writing sessions for my thesis, I designed with Tinderbox two short videos to illustrate the philosophy workshops that I lead.

I usually proceed in the following way: most of the time, I begin by sketching a few ideas on a sheet of paper and let them rest. It is a habit that I took a few years ago when I started to make bread: between dough puffs, the dough must be left to relax. If this stage is forgotten, the crumb will lack lightness and fineness.

Then, I put those ideas back in my research book. Here, I organize my ideas in the following way: as a first step, I drop off them as they come with the help of the Map view mode. The screen of my computer is then comparable to a sheet of digital paper.

Each note can be associated with documents or metadata, such as URLs or images. So I systematically tag each note. In this way and using the Attribute Browser, I have a « lexicalized » overview of my project.

When I have gathered enough elements for a coherent whole to begin to sketch, I organize my ideas in a vertical structure that has four multi-storey sections: text, images, subtitles, sound effects.

I can then visualize my work on a timeline whose structure is quite similar to the one I use in my video editing software, iMovie.

But, if the final work is done in iMovie, most of the project will have been completed in Tinderbox.

Therefore Tinderbox is for me a genuine digital notebook. His versatility — writing, visualizing, sorting, organizing... the list is not exhaustive! — enables it to get closer to the paper experience of a binder or cardboard index cards.


Concevoir une vidéo avec Tinderbox

Jeudi 24 août 2017

Tinderbox est un outil de prise de notes dont je me sers quotidiennement pour déposer, rassembler, organiser et élaborer des notes de toutes sortes, qu’il s’agisse de notes de lectures, de notes de recherches ou de notes pour des cours. Avec DEVONthink Pro et Scrivener, c’est l’outil informatique que j’utilise le plus souvent, un équivalent numérique de mon carnet de notes papier.

À la différence de nombreux autres outils informatiques qui ne proposent qu’une prise de notes linéaire, Tinderbox a été conçu pour permettre à l’utilisateur de travailler dans un environnement visuel bien connu des familiers du concept-mapping de Joseph Novak ou du mind-mapping cher à Tony Buzan. On peut en effet, en utilisant le mode Map, cartographier ses notes.

Tinderbox me permet ainsi, chaque fois que j’ai besoin de visualiser certaines idées pour des projets, de travailler à partir d’un brainstorming initial particulièrement fécond. C’est ce que je fais, notamment, lorsque je conçois une vidéo. 

Ces dernières semaines, par exemple, entre deux séances laborieuses d’écriture pour ma thèse, j’ai réalisé deux courtes vidéos destinées à illustrer les ateliers de philosophie que j’anime. 

Je procède généralement de la manière suivante : le plus souvent, je commence par esquisser quelques idées sur une feuille de papier et je laisse reposer. C’est une habitude que j’ai prise il y a quelques années, lorsque je me suis initié à la fabrication du pain : entre deux feuilletages, la pâte doit pouvoir se détendre. Si cette étape est oubliée, la mie manquera de légèreté et de finesse. 

Je reporte ensuite ces idées dans mon carnet de recherches. Là, j’organise mes idées de la manière suivante : dans un premier temps, je les dépose comme elles viennent en m’aidant du mode Map. L’écran de mon ordinateur est alors comparable à une feuille de papier numérique. 

Chaque note peut être associée à des documents ou à des métadonnées : des URL ou des images, par exemple. J'étiquette donc systématiquement chaque note. De cette manière et en utilisant le navigateur d’attributs, je dispose d’une vue d’ensemble « lexicalisée » de mon projet. 

Lorsque j’ai rassemblé suffisamment d’éléments pour qu’un ensemble cohérent commence à s’esquisser, j’organise mes idées dans une structure verticale qui comporte quatre sections étagées : texte, images, sous-titres, bruitages. 

Je peux alors visualiser mon travail sur une ligne du temps dont la structure est assez proche de celle que j’utilise dans mon logiciel de montage vidéo, iMovie. 

Si le travail final se fait dans iMovie, l’essentiel du projet aura été réalisé dans Tinderbox. 

Tinderbox est donc pour moi un véritable carnet de notes numérique. Sa polyvalence — écrire, visualiser, classer, organiser... la liste n'est pas exhaustive ! — lui permet en effet de se rapprocher le plus de l’expérience papier d’un classeur ou de fiches cartonnées. 

Taking notes with Tinderbox and DEVONthink Pro

DEVONthink Pro is a data manager. I use it again not long ago for collecting, organizing and archiving a set of digital data: PDF, photos, letters, and so on. As Omnifocus, DEVONthink Pro has a special feature, a quick entry which is very useful when you want to capture an idea on the fly without having to elaborate it straight away. This can be done simply by using a keyboard shortcut, option + space, from the application in which you're currently working. Then, using cmd + s, the written note is recorded and dropped off in an inbox. In this way, you can rework it later. In principle, this technique avoids dispersion and therefore allows to focus attention on the current task.

Consequently, I had to change somewhat my workflow, as evidenced by a map I made with Tinderbox


Prendre des notes avec Tinderbox et DEVONthink Pro

Vendredi 29 juillet 2016

DEVONthink Pro est un gestionnaire de données que j'utilise à nouveau depuis peu pour rassembler, organiser et archiver un ensemble de données numériques : des pdf, des photos, des courriers, etc. Comme Omnifocus, DEVONthink Pro dispose d'une entrée de prise de notes rapide qui est très utile quand on veut capturer une idée à la volée sans avoir à l'élaborer aussitôt. Il suffit pour cela, depuis l'application dans laquelle on travaille, d'utiliser le raccourci clavier option + espace. Une fenêtre de dialogue s'ouvre alors. Puis, sur un simple cmd + s, la note écrite est enregistrée et déposée dans une boîte de réception pour être réélaborée ultérieurement. En principe, cette technique évite la dispersion et permet donc de focaliser son attention sur la tâche en cours. J'ai donc dû modifier quelque peu mon flux de travail, comme en témoigne la carte que j'ai réalisée avec Tinderbox.