Sounds broadcasting?

When I worked on the radio, I spent every day a good part of my time to make all kinds of sounds for jingles, ads and trailers. I tell this time in this section of the gallery.

In my spare time, I enjoyed experimenting freely sounds effects : recording sounds outside, in a lift, in a stairwell, for example, or subjecting a recorded sound to a treatment which distorts it. At that time, the echo chambers were expensive. Therefore, I worked from tape recorders — Revox B77, to be exact — and I used to test in all directions.

I remember recording a loop of about twenty centimeters, held by means of a pencil, stabilized itself somehow, tip in the air. That recording was very simple: a slow, dull, hypnotic rhythm, which reminded me of the (imaginary) sound of shots given by bones on hollow trunks.

Today’s tools, computer at the head, allow all combinations from a single cut-copy-paste. It is this work that I give to hear on my SoundCloud page. You will find there the soundtrack that accompanies a recent video tutorial on Tinderbox

The next meeting of the Life Stories workshop will be held on Wednesday. We will work to gather materials in order to produce maps or « tables » in the spirit of Narrative art as seen in Christian Boltanski’s works. 


Mise en sons ?

Lundi 4 avril 2016

Lorsque je travaillais à la radio, je passais quotidiennement une bonne part de mon temps à confectionner toutes sortes de sons pour des jingles, des pubs ou des bandes-annonces. Je raconte cette période dans cette section de la galerie.

À mes moments perdus, je m’amusais à expérimenter plus librement sur le sonore : enregistrer des sons dehors, dans un ascenseur, dans une cage d’escalier, par exemple, ou soumettre un bruit enregistré à un traitement qui le déforme. À cette époque, les chambres d’effets électroniques étaient coûteuses. Je travaillais donc à partir de magnétophones à bande magnétique de marque Revox — des B77 pour être précis — et je testais dans tous les sens. 

Je me rappelle ainsi avoir enregistré une boucle d’une vingtaine de centimètres, maintenue au moyen d’un crayon, lui-même stabilisé je ne sais comment, pointe en l’air. Ce que l’enregistrement donnait à entendre était d’une grande simplicité : un rythme lent, sourd et hypnotique, qui m’évoquait la sonorité (imaginaire) de coups d’os sur des troncs d’arbres creux.

Les outils d’aujourd’hui, ordinateur en tête, permettent toutes les combinaisons, à partir d’un simple copier-coller-couper. C’est ce travail que je donne à entendre sur ma page SoundCloud. Vous y trouverez la bande-son qui accompagne un récent tutoriel vidéo sur Tinderbox.

La prochaine séance de l’atelier Histoires de vie(s) aura lieu ce mercredi. Nous y travaillerons à rassembler des documents afin de réaliser des cartes ou des tableaux dans l’esprit de l’art narratif de Christian Boltanski évoqué en séance. 

Editing sounds, grasping the passing moment

When I worked in radio, I spent most of my days or nights recording sounds of all kinds that I then edited and mixed with other sounds : cars, voices, footsteps, lift doors, shopping trolleys and so forth. These sounds were included in the jingles, ads or trailers I additionally made. But most of the time, I recorded them for the pure pleasure of grasping the passing moment. Indeed, I was fascinated by the evocative power of the past captured by the tape recorders I used : pressing a button, listening again to the sounds of an old time, day-dreaming. 

The sound below is one of the first noises I hear in the morning : first, the grinder crushes the coffee beans; then the percolator transforms the powder coffee into a great stimulant. Editing. Mixing. Savouring.


Monter des sons, saisir l'instant qui passe

Nous sommes aujourd'hui le 20 juin 2015.

Lorsque je travaillais à la radio, je passais la plupart de mes jours ou de mes nuits à enregistrer des sons de toutes sortes que je montais et mixais ensuite avec d'autres sons : voitures, voix, pas, portes d'ascenseurs, chariots de supermarché. Ces sons entraient dans la composition des jingles, des publicités ou des bandes-annonces que je faisais par ailleurs. Mais la plupart du temps, je les enregistrais pour le pur plaisir de saisir l'instant qui passe. J'étais en effet fasciné par le pouvoir d'évocation du passé qu'offraient les magnétophones à bandes que j'utilisais : appuyer sur un bouton, réécouter les sons d'un temps déjà ancien, rêver.

 

 

Ci-dessus, le son enregistré est l'un des premiers que j'entends le matin : le moulin broie les grains de café et le percolateur transforme les grains ainsi moulus en un grand stimulant. Monter. Mixer. Savourer.