Bandes annonces

Depuis 2013

Lorsque je travaillais à la radio, et je me réfère là surtout à la période Megawest, j’occupais une grande partie de mes journées en production. La production était à la fois un espace dédié (le second studio, réservé à l’enregistrement de toutes sortes de sons destinés à l’antenne : pubs, jingles, bandes-annonces, etc.) et un dispositif au sens fort du mot : un local technique, aménagé spécifiquement, doté de machines conçues expressément pour la création radiophonique (console de mixage et magnétophones à bande pour l’essentiel).

La plupart du temps, j’arrivais de bonne heure, le matin, vers 7 heures, et le lieu était parfaitement silencieux. C’est dans cet espace où toute idée de son et de montage devenait possible que je travaillais à fabriquer notamment des jingles, ces petites illustrations sonores, généralement assez brèves, souvent chantées, qui donnent sa personnalité à une antenne en l’habillant avec style. Les moyens techniques dont nous disposons aujourd’hui sont sans commune mesure avec les outils que nous utilisions hier : les fonctions d’édition numérique autorisent toutes les libertés, toutes les expérimentations. Hier, pour un petit effet sonore (de l’écho sur une voix, par exemple), combien d’heures de travail, combien d’essais, combien d’erreurs ?